Le Toit du Monde, ce sommet mythique qu’on nomme Everest, Sagarmantha (au Népal) ou Chomolungma (au Tibet et parmi la communauté du peuple Sherpas), dépendant de quel côté de la montagne on se trouve et à qui on s’adresse. En 1865, le gouvernement indien a officiellement adopté le nom de Mt Everest d’après le nom de Sir George Everest, géomètre officiel de l’Inde. Auparavant, la montagne était enregistrée comme « Peak 15 ».

L’histoire de l’ascension du Mt Everest a commencé au Tibet, sur le versant nord. Durant trois décennies des expéditions du monde entier tentèrent en vain d’être la première nation à conquérir le Toit du Monde. Ce n’est qu’après plusieurs tentatives, le 20 mai 1953, qu’une expédition britannique, avec Sir Edmund Hillary et Tenzing Norgay Sherpa, réalisa l’exploit de se trouver sur le Toit du Monde, mais du côté népalais en raison de la fermeture des frontières pour le Tibet après la Guerre.

Que trouve-t-on à ces altitudes ? Qu’est qui vous pousse à vouloir aller à 8848 mètres au-dessus du niveau de la mer ? Le rêve d’un défi personnel ou la beauté de l’alpinisme dans des conditions extrêmes ? Au final, tout est lié.

Une telle ascension ne nécessite pas seulement une préparation physique et mentale sérieuse et assidue, mais également un énorme investissement en temps et argent pour la mise en place d’une logistique considérable. Scientifiquement parlant, à partir de 7500 mètres d’altitude, on se trouve dans la fameuse « zone de la mort », où l’erreur d’appréciation et de jugement n’ont pas leur place. Dans un tel environnement, l’assistance des Sherpas d’expédition se révèle tout particulièrement précieuse. Ces Sherpas, si humbles et loyaux, qui proviennent du groupe ethnique du même nom, font d’énormes efforts, parfois au détriment de leur propre vie, pour réaliser le rêve de nombreux alpinistes. Le travail des Sherpas dans ces conditions extrêmes fait partie des activités professionnelles les plus dangereuses qui existent et sont souvent sous-estimées par les alpinistes occidentaux.

Grâce à un entraînement physique rigoureux, une préparation mentale, de précieux conseils et une bonne dose de patience, il est aussi possible pour vous de réaliser votre rêve de fouler un jour les quelques mètres carrés du Toit du Monde et de voir vos efforts récompensés par cette fabuleuse expérience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *